Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Don du sang : j’alerte le Ministre sur les difficultés rencontrées par les (...)

Don du sang : j’alerte le Ministre sur les difficultés rencontrées par les associations

5 octobre - Je viens d’alerter le Ministre des solidarités et de la santé sur les difficultés rencontrées par l’EFS (Etablissement Français du Sang) faisant face à une double pénurie : salariale et du don.

Depuis plusieurs années, la pénurie de médecins de collecte se fait sentir partout en France, en raison notamment de nombreux départs en retraite et des peines rencontrées à recruter des médecins. L’ex-région Haute-Normandie est fortement impactée conduisant chaque jour à l’annulation de dizaines de collectes ou réduisant les horaires, faute de personnel médical.

Et par ricochet les donneurs, dont les délais de rendez-vous s’allongent ou se voient annulés, renoncent à prendre de leur temps pour sauver des vies et permettre la recherche.

Ces recrutements de médecins se confrontent à une obligation de formation spécifique « transfusion sanguine » non dispensée lors de leur cursus universitaire qui pourtant est demandé dès l’entrée à l’EFS. D’autres freins viennent s’ajouter puisque malgré les nombreuses années d’études le travail est répétitif, peu attrayant, peu rémunéré, avec des horaires disparates, et exige des déplacements.

Si la téléassistance médicale en collecte semble se développer auprès d’infirmiers dits « superviseurs de collectes », dans le bassin Normandie elle n’est pas prévue avant le deuxième semestre 2022. La réserve de dons est aussi inquiétante, voire critique, cette année.

Début juin, avant la campagne « prenez le Relais » les réserves étaient de 85 000 poches nationalement et aujourd’hui de 93 000 pour un chiffre qui devrait être de 120 000. Si aux collectes annulées s’ajoutent les causes temporelles comme les ponts de mai, les vacances estivales, la COVID a également un impact, avec le déconfinement le retour de loisirs semble prendre le pas sur le don de sang tout comme la reprise d’opérations déprogrammées en établissements hospitaliers.

J’appelle l’attention du ministre des solidarités et de la santé sur la nécessité de valoriser les métiers au sein de l’EFS comme la participation des donneurs par des campagnes d’information. Car le don de sang, de plasma et de plaquettes sauve de nombreuses vies chaque année.

Le texte de ma question envoyée au Ministre