Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Lafarge vient de disparaître, la France perd un ancien fleuron industriel : (...)

Lafarge vient de disparaître, la France perd un ancien fleuron industriel : avec les salariés nous l’avions dit

5 mai - Tout le monde connait Lafarge, cimentier Français, fleuron industriel de notre pays. Enfin c’était...

Chez nous, c’était la cimenterie de Saint-Vigor-d’Ymonville et la fabrication du ciment "Made in Normandie", avec sa carrière, son tapi roulant franchissant l’autoroute, et son four au service de l’économie circulaire de toute notre zone industrielle. Une filière courte comme l’on dirait aujourd’hui...

C’était surtout ses emplois, tous ces savoir-faire qui ont permis sur plusieurs générations de construire ce que Lafarge était devenu.

Car tout cela c’est du passé. C’était au temps d’avant que les financiers et les actionnaires prédateurs prennent le contrôle de l’économie et des vies qui la font tourner.

La cimenterie pourtant bel et bien rentable a été fermée, des dizaines d’emplois sacrifiés avec la complicité d’un gouvernement censé à l’époque combattre la finance avant de se coucher. Et avec une passivité stupéfiante des présidents de la Région et de notre agglomération qui affichaient leur volonté de défendre nos industries... par des mots sans doute, jamais par des actes.

Avec les salariés de notre cimenterie, avec leurs représentants syndicaux, ici mais aussi au sein du groupe, et avec quelques élus dont le maire de St-Vigor, nous avons tout fait pour éviter ce gâchis, en alertant sur la véritable raison de la fermeture du site : une logique d’actionnaires qui ne connaissent ni la morale ni les frontières, prêts à tout pour accroitre toujours plus leurs profits.

Il était évident que cette liquidation, comme celle d’autres sites Lafarge, était commandée par les promoteurs de la fusion qu’ils venaient de sceller avec le groupe Suisse Holcim. Une fusion qui a reçu la bénédiction du ministre de l’économie de l’époque, Emmanuel Macron, comme celle d’une Commission européenne qui oubliait subitement que la Suisse ne faisait pas partie de l’Union...

Comme il était évident qu’à ce petit jeu de gros sous, les suisses seraient imbattables. Gagné, pour eux, perdu pour la France et l’Europe : 6 ans après la fusion, LafargeHolcim change de nom et devient Holcim.

"Le Suisse Holcim a pris le pouvoir et les commandes du nouvel ensemble. C’est en quelque sorte la deuxième mort d’un ancien fleuron français. Le cimentier franco-suisse LafargeHolcim, issu de la fusion entre Lafarge et le suisse Holcim en mai 2015, a entériné en assemblée générale, mardi 4 mai, la disparition de l’entreprise Lafarge. La nouvelle raison sociale du groupe sera désormais Holcim." peut-on lire dans la presse du jour...

Quant à l’ex-cimenterie Lafarge de Normandie, quelques emplois subsistent mais plus pour fabriquer le ciment de Normandie. Le clinker (constituant du ciment) arrive du Maroc dans le port d’Honfleur, et traverse la Seine par camion pour rejoindre le site. Jadis on le fabriquait chez nous, aujourd’hui on importe...

Je pense aujourd’hui en particulier à Fabien, à Philippe et à tous leurs copains avec qui j’ai mené cette lutte pour l’emploi, notre industrie et notre pays.

Je pense également à toutes leurs familles.

Témoignages reçus sur ma page Facebook :

Avant...

Maintenant...

Les articles précédemment publiés sur le scandale Lafarge :
Le scandale Lafarge que le ministre Macron a couvert : le Plan social de la cimenterie de Normandie était infondé !
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article791
Je demande au gouvernement de nationaliser Lafarge
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article167
Lafarge doit réembaucher en priorité ses salariés licenciés !
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article138
L’autre scandale Lafarge
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article81