Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Travailler plus avec moins de pouvoir d’achat : les remerciements du (...)

Travailler plus avec moins de pouvoir d’achat : les remerciements du gouvernement aux agents publics pourtant qualifiés "d’essentiels" !

16 mars - Mouvement national de contestation aujourd’hui de la réforme de la fonction publique territoriale qui oblige, à partir du 30 juin, une grande partie des agents territoriaux à travailler plus, tout en voyant leur pouvoir d’achat continuer de baisser.

Je tiens à exprimer ma pleine solidarité aux agents publics dans leur lutte contre les effets pervers de la loi de transformation de la fonction publique territoriale.

Une loi Macroniste qui leur impose un temps de travail annualisé de 1.607 heures, annulant ainsi tous les accords de proximité intervenus au fil des années.

En décrétant ainsi l’application d’une norme horaire uniforme, les libéraux au pouvoir entendent faire travailler plus les fonctionnaires territoriaux, sans bien entendu libérer le point d’indice servant à leur rémunération, une base de rémunération congelée depuis des années par l’Etat qui affaibli ainsi leur pouvoir d’achat d’année en année.

C’est toujours la même histoire avec eux : raboter les droits, pressurer les rémunérations, renforcer l’exploitation, et alimenter l’idée auprès de l’opinion que les fonctionnaires seraient "des privilégiés" par rapport aux salariés du privé.

En oubliant évidemment de préciser que les salariés du public sont en moyenne payés 400 Euros net par mois de moins que dans le secteur privé ; et que l’exigence de leur disponibilité, notamment en week-end et de nuit est deux fois supérieurs à celle en vigueur dans le secteur privé.

Mais de quoi se mêlent-ils ?

L’Etat n’est pas l’employeur ici et le gouvernement ne peut pas d’un côté taper dans le dos des maires en vantant leur utilité, et de l’autre leur ôter leurs capacités à administrer leur collectivité librement.

Il est vrai que ce gouvernement n’en est pas à une contradiction près, avec les sourires qu’il affiche, tout en assénant ses mauvais coups.

Comme l’a très justement dénoncé Ian Brossat, président de l’Association Nationale des élus communistes et républicains, les agents territoriaux qualifiés d’essentiel par les belles paroles des ministres en cette période de crise COVID sont amputés de leurs droits à travers l’application de cette loi.

Une loi adoptée le 28 mai 2019 par toute la République en Marche et ses alliés. Le groupe communiste, le groupe des Insoumis, le groupe socialiste nous y sommes opposés. En revanche les députés du Rassemblement National se sont abstenus.

C’est utile ainsi de souligner au passage que participer aux élections doit redevenir un devoir civique, car même si une élection n’est pas une fin en soi, loin de là, elle peut aussi entrainer en cas de désaffection citoyenne, et pendant des années, des préjudices en cascade pour tous ceux qui ne font pas partie de la réelle caste des privilégiés dans notre pays.

Une minorité de privilégiés que servent toutes les politiques gouvernementales depuis le mois de mai 2017.

Je salue l’engagement des agents publics et celui de leurs organisations syndicales pour faire reculer le gouvernement dans sa volonté de faire régresser leurs droits.

PDF
HTML
https://actu.fr/normandie/le-havre_76351/le-havre-plusieurs-centaines-d-agents-territoriaux-occupent-l-hotel-de-ville_40250277.html?fbclid=IwAR2ExXBR8fDq98x4WcKsf84qvlyJ4jbckIqDiDS43GzeBNSbNvwlbPFlIxA

Qui a voté cette loi :

Analyse du scrutin n° 1923 - Deuxième séance du 28/05/2019 - Assemblée (...) (HTML - 414.4 ko)
Analyse du scrutin n° 1923 - Deuxième séance du 28/05/2019 - Assemblée nationale