Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Ma conférence de presse parlementaire de rentrée ce matin à La Hune, au (...)

Ma conférence de presse parlementaire de rentrée ce matin à La Hune, au Havre

3 septembre - Un point avec les représentants de la presse et des radios, occasion d’abord pour appeler de nouveau à la gratuité des masques, pour tous ! L’air est gratuit, filtrer l’air pour se protéger et protéger les autres ne peut pas reposer sur le pouvoir d’achat de chacun.

Et occasion de faire le point sur mes démarches :

- pour obtenir rapidement l’organisation d’une table ronde sur le (re)développement du ferroviaire sur la Pointe de Caux et la Normandie. Une initiative soutenue par tous les acteurs sociaux locaux, de la Cgt, au Médef, et par de nombreux élus à l’image de l’association départementale des maires de France, mais pour laquelle j’attends encore d’entendre le Préfet, le Président de Région et le Maire du Havre... Pourtant il y a urgence. Le Plan de relance de l’économie mobilise des crédits pour le ferroviaire, allons vite les obtenir ensemble pour les besoins évidents de notre territoire. D’autres territoires ne manqueront d’ailleurs pas de le faire...

- pour réclamer (de nouveau) l’élaboration collective d’une véritable planification de la transition écologique et industrielle sur notre estuaire, en lieu et place du Pacte mascarade actuel, signé par l’ancien président de la communauté urbaine et l’ancien ministre De Rugy. Un pacte qui se résume à gérer des destructions d’emplois... Déjà 700 emplois sacrifiés à ce jour entre la fermeture de notre centrale thermique et l’annonce de la fin de la production chez Dresser.

- pour obtenir la gratuité des ponts de Normandie et de Tancarville, et la fin du péage d’Epretot sur l’A29.

- pour libérer le quartier des Neiges des contraintes d’urbanisme qui pèsent sur ses habitants, tout en renforçant leur sécurité.

Et tant encore...

Des grands sujets pour de grands enjeux pour la vie quotidienne et pour l’avenir des habitants et des forces vives du Havre et de toute sa grande agglomération.

Revue de presse...

https://www.ouest-france.fr/normandie/le-havre-76600/le-havre-le-depute-jean-paul-lecoq-reclame-une-planification-de-la-transition-ecologique-6959119

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/300-postes-supprimes-masques-les-premieres-salves-de-la-rentree-politique-de-jean-paul-lecoq-au-havre-GE17204046

https://www.tendanceouest.com/actualite-369877-le-havre-la-rentree-politique-de-jean-paul-lecoq.html
Résumé de mon intervention ce matin...

o Nous vivons un contexte grave et inquiétant de quadruples crises, du jamais vu depuis 70 ans : sanitaire, sociale, écologique et démocratique. Et du « jamais connu » tout court sur le volet écologique.

o J’appelle à tenir tous les bouts : toutes ces urgences sont liées, sinon une partie de la population décroche, quand ce n’est pas toute la planète qui est menacée…

o Besoin d’unité, de concorde, de bienveillance, de confiance collective. Besoin aussi d’audace, de trouver de nouveaux chemins. C’est vrai à l’échelle de la Nation, c’est aussi vrai à l’échelle de notre territoire et c’est vrai à l’échelle de la planète !

o Ce qui se joue dans cette période inédite, ce n’est pas seulement la gestion de crise actuelle, le présent… ce qui se joue c’est l’avenir. La nouvelle société de demain ou d’après-demain, nos modes de vie, avec je l’espère de nouveaux rapports entre les gens, entre les nations, avec notre environnement. Et plus localement, l’avenir de notre territoire et de tous ceux qui y vivent, y créent, y investissent.

-  Comment vivre mieux demain sur un territoire aux atouts formidables, mais sur lequel nombre de familles y vivent aujourd’hui moins bien qu’ailleurs ?

-  Comment se saisir de la transition écologique et industrielle pour nous ouvrir un avenir serein, porteur d’emplois et de bien être ?

-  Le Havre ne doit pas connaître le sort de la Lorraine des années 80 et 90.

o Je pense qu’il est dans le rôle d’un Député de tracer des perspectives collectives et de s’y investir parce que les parlementaires doivent rester des traits d’union entre les territoires locaux et la Nation. C’est ma conception du rôle du Député : pas seulement fabriquer des lois, mais porte-voix, fédérateur, défenseur…

Je lance plusieurs appels en cette rentrée sur des sujets qui ont été de nouveau travaillé cet été avec notamment mon équipe parlementaire :

o La gratuité des masques et une gestion de crise Covid basée sur les 4 urgences.

-  L’air est gratuit, filtrer l’air pour se protéger doit l’être aussi. L’acceptation durable et généralisée du port du masque passe par leur gratuité. Garantir la santé publique ne passe pas par le porte-monnaie de chacun c’est une mission régalienne de l’État garantie d’une part par les impôts et d’autre part par les cotisations versées à la Sécurité sociale.

-  Ce gouvernement reproduit toujours les mêmes erreurs : on ouvre les vannes d’un côté pour protéger le capital, la loi du marché, et de l’autre on fait payer les Français, les salariés, les chômeurs : Gel du pouvoir d’achat notamment dans la fonction publique ; Maintien et reprogrammation des réformes de l’assurance chômage et de la retraite qui diminueront considérablement les droits et indemnisations des chômeurs et des retraités ; Logique du Médef du travaillez plus et pas forcément pour gagner plus pour soi-disant sauver son emploi ; Et on se paye ses masques sinon c’est l’amende !

-  Cela alimente le sentiment d’injustice, la défiance envers la puissance publique, cela accroit la colère, les tensions.

-  Cette crise à haut risque qui dure et qui risque de durer encore nécessite une action articulée constamment autour des 4 urgences : sanitaire, sociale, écologique et démocratique.

-  Nous avons travaillé avec mes collègues sur un socle de 75 mesures. La question qui devient centrale du temps de travail, de la répartition du travail… Les 32 heures sont une nécessité.

-  Les crises se succèdent depuis 20 ans (crise financière de 2008) et les mêmes logiques demeurent. Comme si le retour d’expérience n’était pas réalisé…

-  L’entêtement de la cupidité et de l’individualisme exacerbé c’est tout simplement la fin de l’être humain…

o Unité du territoire et mobilisation de ses forces vives : ce que nous n’avons pas obtenu du précédent gouvernement, allons le chercher ensemble ! Concrètement :

 Table ronde sur le (re)développement du ferroviaire, initiative soutenue à ce jour par les Syndicats CGT des cheminots, des portuaires et des dockers, l’UMEP, le Médef Seine-Estuaire, l’Association Départementale des Maires de France. Rare et précieux ce vaste rassemblement que j’ai initié sur un même sujet, un même enjeu…
Qu’en fait le maire du Havre et président de la métropole ? Qu’en fait le président de région ? Qu’en fait le préfet ?

 L’arrêt du canal Seine Nord

 La gratuité des ponts franchissant la Seine et la fin du péage stupide d’Epretot sur l’A29

 La modification de la loi PPRT pour libérer le quartier des Neiges des contraintes d’urbanisme entravant son présent et son avenir, tout en renforçant la sécurité des riverains.

 La transition industrielle sur notre agglomération :

L’avenir de Renault à Sandouville, de la filière aéronautique, c’est la transition écologique. On fait quoi tous ensemble pour agir ?

Quand moi je saisis le ministre de l’Économie pour qu’il intervienne en qualité d’État Actionnaire pour mettre en place un vrai projet industriel chez Renault, l’ancien président de la C. U. écrit pour se plaindre de l’intervention, au demeurant salutaire d’ailleurs, d’un syndicat du site pour protéger les salariés.

J’ai relayé en juin la proposition des salariés de SAFRAN d’organiser une table ronde de l’aéronautique en Normandie, comme toutes les forces vives concernées l’ont fait en Occitanie.

 La décharge de Dollemard

La rentrée du Parlement :

À partir du 15 septembre prochain, l’Assemblée nationale examinera deux textes importants : la loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030, et la loi « d’accélération et de simplification de l’action publique ».

Ces textes vont toujours à l’encontre des valeurs qui sont les nôtres.

Le texte sur la recherche va renforcer de la logique mercantile et concurrentielle de la recherche française alors même que la crise sanitaire actuelle démontre l’importance de la collaboration entre laboratoires, et de la recherche fondamentale, qui ne rapporte rien à court terme, mais qui, comme la recherche sur les coronavirus qui n’aurait jamais dû être abandonnée dans les années 2010, peut s’avérer extrêmement utile.

Le texte sur l’accélération de l’action publique est un fourre-tout qui va, entre autres, limiter la participation des citoyens dans les grands projets au motif que cela ralentit toutes les procédures, et donc affaiblir le droit de l’environnement.

L’actualité internationale impose également de rester vigilant sur la marche du monde… Alors que Macron fait le fanfaron au Liban et en Irak, et donne des leçons de constitution de gouvernement alors qu’il a mis 3 semaines à nommer ses propres secrétaires d’État, nous n’entendons pas la voix diplomatique de la France dans les crises majeures au Moyen-Orient, comme en Afrique de l’Ouest.

Certes, nous entendons le bruit des bottes françaises, mais pas la voix de nos diplomates, et ce choix est très grave.

La sécurité est l’obsession de Macron, mais il refuse de voir que sans sécurité sociale, éducative, ou encore sanitaire, il n’est pas possible de pacifier une région. Le terrorisme fleuri là où les services publics sont inexistants et où la corruption atteint un niveau insondable.

En tant que député siégeant à la commission des Affaires étrangères, il m’apparait utile de rappeler que la voix de la France devrait être celle du désarmement nucléaire, de la fraternité, de l’amitié et de la solidarité entre les peuples qui souffrent comme les Sahraouis, les Palestiniens ou les Kurdes. Je tente de porter à l’Assemblée cette voix, celle d’une France qui n’oublie personne et qui respecte le droit qu’elle s’est donné, depuis les villes de la circonscription où je suis élu jusqu’aux peuples martyrisés par des gouvernants brutaux.

Les prochaines échéances électorales :

 D’élection en élection, la démocratie s’éloigne parce que le vote ne cesse de reculer et ça n’a pas l’air d’inquiéter ceux qui gouvernent actuellement… Puis un jour on se réveille avec un Trump aux commandes…

Les citoyens en cette qualité, mais surtout au titre de leur diversité, doivent se sentir respectés, écoutés, associés.

L’enjeu c’est le retour de l’exercice de la citoyenneté et pas seulement lors des élections.

 4 échéances majeures à court terme :

• Sénatoriales le 27 septembre
• Départementale en mars 2021, Régionale probablement en même temps
• Présidentielles en 2022 suivi des législatives

 Bien plus que le rassemblement de la Gauche, c’est un élan citoyen dont nous avons besoin pour ouvrir la voie à un changement de société impulsé à tous les étages de la République.

o Les sénatoriales et mon appel à voter Céline Brulin.

o La législative partielle sur la 5e Circonscription, et mon appel à voter Maxime Da Silva et Marie-Odile Lecourtois.