Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » J’alerte le Ministre sur la situation préoccupante résultante de la baisse du (...)

J’alerte le Ministre sur la situation préoccupante résultante de la baisse du nombre de médecins scolaires en Seine-Maritime

7 octobre - J’alerte le Ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse sur la situation préoccupante résultante de la baisse du nombre de médecins scolaires au sein du département de Seine-Maritime.

Pour exemple, la commune d’Harfleur voit son médecin scolaire de secteur partir en retraite, sans être remplacé. Cette situation fragile considérablement les dispositifs mis en place, notamment dans le cadre des plans d’accompagnement individualisés.

En effet, sans validation par l’infirmier(e) scolaire, il est désormais fait appel aux médecins de famille. Non seulement cela retarde la procédure de prise en charge des enfants, mais cela réduit la nécessaire prise de distance face à la famille, notamment dans les cas où les enfants sont victimes de troubles divers au sein de leur noyau familial.

Ensuite la situation touche de nombreux territoires touchés par la désertion des professionnels de santé, le manque d’attractivité du métier liés en partie à la rémunération. Pourtant ce phénomène impacte encore la qualité du système scolaire français, notamment dans son rôle de prévention envers les publics les plus fragiles, plus souvent victimes de troubles, d’absentéisme, de maltraitance, cas dans lesquels intervient le médecin scolaire.

J’alerte également le ministre sur la remise en cause de la possibilité pour chaque enfant de pouvoir bénéficier d’un suivi médical gratuit, rompant dès lors avec les principes d’égalité et de solidarité. Cela survient parmi tant d’autres difficultés rencontrées par les parents, les enseignants, les directeurs d’écoles, les services municipaux et les élus locaux, au point de lier ce problème souvent méconnu, au reste des valeurs que le système scolaire défend en matière de droit à l’égalité des chances et l’éducation des générations futures.

Car le déploiement des médecins, infirmiers, ou des psychologues scolaires, répond à la fois au souci bien légitime de prévention, de suivi et de détection des difficultés sanitaires rencontrées par les élèves, mais également d’éducation à la santé.

Courrier reçu de Christine Morel, Maire d'Harfleur (PDF - 791 ko)
Courrier reçu de Christine Morel, Maire d’Harfleur

Communiqué de la PEEP :

Mes précédentes interventions pour que soit préservé le service de médecine scolaire dans les établissements :

Santé à l’école : vers un désengagement de l’Education Nationale ? J’interpelle le Ministre
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article580