Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Nouvelle alerte et nouvelles démarches pour les urgences de l’hôpital du (...)

Nouvelle alerte et nouvelles démarches pour les urgences de l’hôpital du Havre

(Article mis à jour le 29 janvier)

29 janvier - Soutien aux agents des urgences car il y a urgence pour les personnels comme pour les patients !

Presse Havraise, 6 février 2019 (PDF - 1.3 Mo)
Presse Havraise, 6 février 2019
Presse Havraise, 1er février 2019 (PDF - 2.1 Mo)
Presse Havraise, 1er février 2019
Presse Havraise, 29 janvier 2019 (PDF - 1.3 Mo)
Presse Havraise, 29 janvier 2019

Réponse sidérante et totalement incompréhensible de la direction du Groupe Hospitalier du Havre ce jour dans les colonnes de la Presse Havraise :

22 janvier - Pour faire suite à la mobilisation en cours des agents du service des urgences de Monod et ceux de l’hôpital Janet, j’ai engagé en fin de semaine une nouvelle série de démarches.

Pour l’heure, l’Agence Régionale de Santé me confirme avoir débloqué 1 Million d’euros de crédits pour accompagner le protocole de sortie de crise de la psychiatrie du Groupement Hospitalier du Havre (suite au mouvement des Perchés de l’été dernier, il était grand temps...).

Une première bonne nouvelle même s’il est important d’avoir confirmation qu’il ne s’agit pas que d’une mesure exceptionnelle mais bien de crédits supplémentaires reportés sur les années suivantes.

Quant au service des urgences, j’attends confirmation de l’affectation de 6 postes supplémentaires. Une décision qui dans mon esprit ne pourrait être considérée que comme un premier geste (enfin !) et non une fin en soi. Il faudra également veiller à ce que ces postes soient des créations et non des déplacements de postes (redéploiement dans le jargon) au détriment d’autres services.

Page Facebook de soutien aux personnels des urgences :

https://www.facebook.com/urgences.lh.5

18 janvier - Avec Nathalie Nail, nous avons passé une partie de la journée à écouter des agents des urgences de Monod ce matin, et des agents de Janet cet après midi.

Deux services hospitaliers sous fortes tensions parce que, dans notre pays, la doctrine libérale au pouvoir parle économies et comptabilité, quand les blouses blanches parlent humain, santé et dignité.

Aux urgences dont la fréquentation a progressé de 33 % en 9 ans, aucun poste supplémentaire n’a été créé (35.100 passages en 2009, 46.800 en 2018). Le service est conçu pour prendre en charge jusqu’à 130 patients par jour, l’équipe soignante en accueille jusqu’à 200.

A Janet, après les avancées obtenues suite au mouvement des "Perchés", la situation redevient comme avant, notamment depuis la fermeture de l’unité temporaire fin novembre.

Les gouvernements successifs ont mis nos hôpitaux à bout de souffle, en jouant avec la santé et parfois la vie des gens, malgré des agents hospitaliers remarquables d’humanité et de compétences. Des agents en pleurs, surmenés et tourmentés, parce qu’on leur refuse de leur donner les moyens d’exercer convenablement leur métier.

Après avoir saisi la ministre, j’ai pu échanger ce soir avec la directrice de l’Agence Régionale de la Santé. Elle s’est engagée à débloquer des crédits importants pour Janet, et d’affecter quelques postes supplémentaires aux urgences.

Le compte n’y sera sans doute pas pour retrouver une situation satisfaisante, mais pour l’heure c’est toujours ça de pris.

Je reste vigilant sur les suites de ces engagements, et bien entendu mobilisé. J’attends notamment que le directeur du groupe hospitalier m’autorise enfin à visiter l’hôpital et rencontrer les équipes médicales, comme j’ai pu le faire partout (Lyon, Le Mans, Rouen, Lillebonne, Fécamp, St Romain...), sauf ici !

Radio Tendance Ouest, 21 janvier 2019 (HTML - 217.9 ko)
Radio Tendance Ouest, 21 janvier 2019

15 janvier - Et ça continue !!

Alors qu’une fois encore la direction d’un hôpital est mise en cause à Paris par la famille d’une défunte qui a du attendre des heures aux urgences une prise en charge qui n’est jamais venue, l’équipe des urgences hospitalières du Havre alerte de nouveau hier soir sur leur situation.

C’est inacceptable ! Cela fait des années que cette situation est connue et que tous les signaux sont au rouge. Cela fait des années que se multiplient les alertes, démarches et mobilisations pour remédier à ces problèmes. Et pas de réaction. Pas de décision. Pas de moyens supplémentaires et adaptés aux enjeux sanitaires.

J’ai immédiatement saisi en direct la Préfète de Région et la Directrice de l’Agence Régionale de Santé pour faire bouger les choses. Et j’écris de ce pas (une nouvelle fois) à la Ministre.

Il y a urgence pour nos urgences !

Mon courrier à la Ministre (PDF - 854 ko)
Mon courrier à la Ministre
Mon courrier à l'ARS (PDF - 358.8 ko)
Mon courrier à l’ARS
Mon courrier à la Préfète (PDF - 456.9 ko)
Mon courrier à la Préfète
L’enquête diligentée suite au drame survenu à l’hôpital Lariboisière à Paris met en évidence le manque de moyens, donc la faute de l’Etat dans ce décès tragique :
Le Figaro, 14 janvier suite au drame survenu à l'hôpital Lariboisière (HTML - 229.5 ko)
Le Figaro, 14 janvier suite au drame survenu à l’hôpital Lariboisière

Historique des précédentes interventions :

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article254
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article491
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article445
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article399
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article265
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article257
http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article231