Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Tour de France des hôpitaux et ordonnance par les parlementaires (...)

Tour de France des hôpitaux et ordonnance par les parlementaires communistes

(Article mis à jour le 13 février)

12 février - Ce lundi avec les autres parlementaires communistes nous avons engagé à Lyon notre Tour de France pour la défense de l’hôpital public. Une première étape au centre hospitalier Le Vinatier où nous avons pu échanger avec les représentants syndicaux et les professionnels … L’urgence est là pour chacun d’eux face à des logiques budgétaires toujours plus restrictives au détriment de la qualité des soins, voire une remise en cause du droit à l’accès aux soins pour tous.

Diagnostic et ordonnance des parlementaires communistes (PDF - 646.5 ko)
Diagnostic et ordonnance des parlementaires communistes
JEAN PAUL LECOQ "FAIRE DES QUESTIONS LOCALES UN PROBLEME (...) (HTML - 161.6 ko)
JEAN PAUL LECOQ "FAIRE DES QUESTIONS LOCALES UN PROBLEME NATIONAL" - YouTube

10h45 : Visite de l’Hôpital psychiatrique du Vinatier à Lyon et rencontre avec les acteurs du mouvements.

15h30 : Visite de l’hôpital gériatrique "Pierre Garraud " à Sainte Foy les Lyon

17h00 : Visite de l’hôpital de rééducation "Henry Gabrielle" à Saint Genis Laval et rencontre avec le comité de défense d’Henry Gabrielle

19h30 : Débat sur le thème "hôpital en danger, politique à refonder" à la Bourse du travail, Place Guichard, Lyon

Suite de la journée à Lyon avec le comité de défense de l’hôpital Henry-Gabrielle au sud de Lyon, menacé de disparition pure et simple !

L'Humanité, 14 février 2018 (HTML - 76.7 ko)
L’Humanité, 14 février 2018

13 février - Ce matin, le 1er Ministre et la Ministre de la santé, priés d’agir pour sauver l’hôpital et notre système de santé publique ont décliné les objectifs gouvernementaux en la matière... Pas de mesure d’urgence, pas de plan Marshall pour l’hôpital, pas de réponse à la pénurie organisée depuis des années par leurs prédécesseurs, mais par contre une volonté de « refondre l’offre de soin » estimant que c’est le système actuel qui est à bout de souffle...

Sauf qu’à la place de lui donner de l’oxygène après l’avoir asphyxié, le gouvernement décide de lui enfoncer la tête sous l’eau... Il annonce sa volonté :

- De réduire les soins inutiles ou redondants (la ministre estime que « 20 à 30 % des actes pratiqués aujourd’hui ne seraient pas pertinents »)
- De privilégier l’ambulatoire et les soins à domicile.
- D’encourager la télémédecine en faisant croire qu’ainsi chacun pourrait pouvoir consulter à distance les plus grands médecins mondiaux !
- D’accélérer le mirage numérique, pardon j’avais mal lu, le "virage" numérique...

Les annonces du 1er Ministre font état d’un crédit annuel de 100 millions d’euros, mais uniquement dédiés aux objectifs pré-cités : « 100 millions d’euros seront dédiés annuellement à l’accompagnement de cette transformation du système de santé ».

Tout cela ne serait donc qu’un problème d’organisation et d’abus…

Avec les autres parlementaires communistes nous proposons de prescrire une toute autre ordonnance pour soigner notre hôpital public...

L'Humanité, 15 février 2018 (HTML - 72.8 ko)
L’Humanité, 15 février 2018