Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Colloque sur le néolibéralisme à l’université... Une doctrine démocratiquement (...)

Colloque sur le néolibéralisme à l’université... Une doctrine démocratiquement et humainement nocive

16 novembre - A l’invitation de Fabien Bottini qui tenait à la diversité politique des intervenants, j’ai ouvert le colloque consacré au néolibéralisme et à l’américanisation du droit, à l’Université du Havre Normandie aujourd’hui.

Une initiative particulièrement pertinente du LexFEIM, le laboratoire d’études en droits fondamentaux, des échanges internationaux et de la mer.

J’ai cherché à décrypter les logiques du néolibéralisme et à mettre en garde contre les dangers, démocratiquement et humainement nocifs, des traités de libre échange dont certains se négocient actuellement à l’image du TAFTA entre l’Europe et les Etats-Unis ou du CETA entre l’Europe et le Canada.

J’ai conclu en dénonçant cette doctrine politique et économique qui porte un double discours. La privatisation des profits et la collectivisation des pertes. L’Etat n’est utile dans l’économie que lorsque l’économie va mal.

Partant du principe que le néolibéralisme est :

- contraire à l’intérêt des êtres humains comme de l’environnement,

- anti-démocratique en cela qu’il détourne et se joue de la démocratie pour servir ses intérêts,

- par nature immoral,

- régulièrement amené à franchir les frontières de la légalité,

le combattre par tous les moyens pacifiques est un devoir de salut public. La contre-attaque s’organise au niveau de la société, au niveau collectif.

Par la prise de conscience du peuple des dangers et des réalités du libéralisme, de ses conséquences présentes et à venir sur la situation de la grande partie de la population.

Par l’action collective, l’action citoyenne, le réveil de la solidarité et de la fraternité pour combattre les inégalités et tendre vers l’égalité.

Et par le Droit. A condition que le Droit soit assis sur un principe de justice pleinement partagé par les gens, par les citoyens qui forment une même société.

Or, le néolibéralisme est la forme la plus décomplexée du capitalisme et donc la plus immorale et la plus cupide.

L'affiche du colloque (PDF - 111.8 ko)
L’affiche du colloque
L'intégralité de mon intervention (PDF - 99.3 ko)
L’intégralité de mon intervention
Programme du colloque (PDF - 107.8 ko)
Programme du colloque