Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Prolongation du pass sanitaire jusqu’à l’été ? Et pourquoi pas à perpétuité ! (...)

Prolongation du pass sanitaire jusqu’à l’été ? Et pourquoi pas à perpétuité ! Pour moi c’est NON

(Article mis à jour le 21 octobre)

21 octobre - Comme annoncé, mon groupe parlementaire a bataillé contre la prolongation du pass sanitaire à l’Assemblée nationale qui a malheureusement été adopté avec une courte majorité de 10 voix d’avance.

La bataille va se poursuivre désormais au Sénat pour mettre en échec cette mesure à portée électorale et anti-démocratique, bien éloignée des considérations sanitaires.

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/loi-de-vigilance-sanitaire-a-l-assemblee-des-votes-ultra-serres-1c88089a-323e-11ec-8668-6a8a63483124

13 octobre - Le gouvernement entend obtenir l’accord du Parlement pour prolonger, au moins jusqu’à l’été 2022, l’application du pass sanitaire.

Avec l’ensemble de mon groupe, j’ai voté contre la mise en place du pass sanitaire, et depuis le début de la pandémie je m’oppose résolument à la gestion politique de la crise du gouvernement et du Président, tout en portant de nombreuses propositions alternatives. Je continuerai de m’y opposer et de proposer.

En effet, je n’accepte pas cette démarche d’autorité et de chantage, avec les clivages et les tensions que cela produit dans notre pays. Je pense qu’il y avait mieux à faire, en favorisant des dynamiques sociales qui, au lieu d’exclure et de diviser, d’infantiliser, ou de stigmatiser, créent, au contraire, de la confiance, de la cohésion et de la mobilisation face à cette pandémie.

Le pass sanitaire a pu d’ores et déjà constituer un frein à l’accès aux soins programmés dans les hôpitaux et autres établissements de santé, même si le texte du gouvernement avait prévu quelques maigres aménagements sur le sujet (la possibilité pour un chef de service d’accepter un patient sans pass s’il juge que la présentation du pass sanitaire est de nature à empêcher l’accès aux soins du patient dans des délais utiles à sa bonne prise en charge).

Le 15 octobre arrive la fin des tests de dépistage gratuit. Cela peut constituer effectivement un obstacle de plus pour accéder à une consultation, ce que nous déplorons.

Il nous paraît urgent de sortir de tous ces dispositifs. Nous nous opposerons donc à la prolongation de l’état d’urgence, et à la prolongation du pass sanitaire dans les jours qui viennent.