Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Une lettre ouverte et pétition citoyenne pour obtenir un plan de rattrapage (...)

Une lettre ouverte et pétition citoyenne pour obtenir un plan de rattrapage pour les hôpitaux normands

15 septembre - Une lettre ouverte proposée aux élus locaux et une pétition citoyenne pour obtenir un plan de rattrapage pour les hôpitaux normands, c’est l’initiative que nous annonçons avec mes collègues parlementaires Céline Brulin, Hubert Wulfranc et Sébastien Jumel au moment où l’ARS et le préfet s’apprêtent à rendre les arbitrages sur l’enveloppe d’investissements obtenue dans le cadre du Ségur.

Il y a quatre ans au cours d’un tour de France des hôpitaux nous tirions le signal d’alarme sur la gravité de la crise des moyens humains et matériels à l’hôpital et dans les Ehpad.

Les mouvements de soignants se sont multipliés tout au long du quinquennat Macron avec un constat : c’est toujours la logique de la carte bleue qui prime sur celle de la carte vitale, la règle comptable qui passe devant la réponse aux besoins de santé. Le covid a eu pour effet que plus personne ne conteste ce diagnostic : il faut réarmer l’hôpital et prendre enfin en compte de manière sérieuse les problèmes de plus en plus aigus de démographie médicale qui touchent 50 % des habitants de notre région.

Mais les promesses du Ségur ne sont pas au rendez-vous. Avec 255 millions d’euros que l’Etat met sur la table pour l’ensemble des investissements dans les établissements hospitaliers normands et 200 millions que la Région, que nous avons bousculée durant la campagne des régionales, s’est engagée à débloquer pour accompagner ce plan, nous ne sommes pas encore au milieu du gué.

Les hôpitaux ont évalué les besoins : ils se montent au total à 960 millions d’euros pour nos cinq départements. Il faut donc un plan de rattrapage. Notre interpellation porte aussi sur la pénurie de toubibs : l’Etat ne peut pas laisser la population et les maires seuls face aux déserts médicaux qui gagnent.

Nous voulons, dans la continuité du travail d’alerte et de proposition entamé avec le tour de France des hôpitaux, faire en sorte que le sujet de la santé soit au cœur des priorités publiques.

PDF

(Cliquer sur l’image pour agrandir)