Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » TLPE : Exonération exceptionnelle liée aux conséquences de la crise (...)

TLPE : Exonération exceptionnelle liée aux conséquences de la crise COVID

1er avril - La taxe locale sur les enseignes et publicités extérieures (TLPE) est une taxe instaurée de façon facultative par les communes ou les établissements publics de coopération intercommunal (EPCI), sur le territoire desquels sont situés des dispositifs publicitaires. Elle est due par l’exploitant du dispositif publicitaire. Son montant varie selon les caractéristiques des supports publicitaires et la taille de la collectivité. Les possibilités d’abattement ou d’exonération de cette TLPE est régie par une règlementation nationale qui ne prend pas en compte les conséquences de la crise sanitaire actuelle et les dispositions de la loi d’urgence.

Cependant, l’année dernière, suite au premier confinement, un système dérogatoire avait été mis en place par l’Etat permettant aux communes et EPCI le souhaitant, de délibérer avant le 1er septembre 2020 pour faire bénéficier d’un abattement de la TLPE les entreprises redevables de cette taxe au titre de l’année 2020.

Or, les mesures de fermeture administrative d’un certain nombre d’entreprises se poursuivent en cette année 2021. C’est le cas notamment des cafés, restaurants ou entreprises de loisirs depuis le 29 octobre 2020, ou encore d’autres commerces jugés non essentiels dans les départements concernés par le reconfinement décrété le 19 mars dernier.

Au regard de ces éléments, je souhaite connaître les intentions du gouvernement en vue de renouveler cette année la possibilité offerte aux communes et EPCI de procéder à un abattement de la TLPE pour les entreprises redevables de cette taxe au titre de l’année 2021.

Mais également de leur permettre de procéder à une exonération totale de cette taxe pour les enseignes soumises à fermeture administrative imposée par la gestion de la crise sanitaire, et pour une durée correspondante à leur période de fermeture sur l’année 2021.

En effet, il semble de bon sens de permettre à une commune d’exonérer de TLPE une enseigne fermée, sans pour autant étendre cette exonération à toutes les enseignes redevables restées ouvertes. Ce que la règlementation ne permet pas aujourd’hui puisque, hors exonérations de plein droit, les motifs d’exonération facultatives sont limités aux cas suivants et pour l’ensemble des redevables :

• les enseignes, autres que celles scellées au sol, si la somme de leurs superficies est inférieure ou égale à 12 mètres carrés ;
• les préenseignes supérieures à 1,5 mètre carré ;
• les préenseignes inférieures ou égales à 1,5 mètre carré ;
• les dispositifs publicitaires dépendant des concessions municipales d’affichage ;
• les dispositifs publicitaires apposés sur des éléments de mobilier urbain ou de kiosque à journaux.

Mon courrier au Ministre (PDF - 775 ko)
Mon courrier au Ministre